Séance de Tai Chi Chuan

 – Le  Tai Chi Chuan –

 

– Les bienfaits du Tai Chi Chuan et du Qi Gong –

Les bienfaits du Tai Chi Chuan et di Qi Gong sont multiples, car leurs pratiques vont agir sur tout le corps et aussi sur le mental.

Par une pratique régulière, on va retrouver le calme, l’équilibre et la santé par l’écoute de son corps, et elle va aussi nous permettre d’améliorer notre capacité de mémorisation.

On va petit à petit oxygéner nos muscles en en renforçant certains tout en en assouplissant d’autres.

On va aussi augmenter notre capacité respiratoire, lâcher toutes les tensions physiques et mentales que l’on accumule au cours de notre quotidien, soulager les douleurs dorsales dont nous sommes tous victimes aujourd’hui, régulariser la circulation de notre sang, relâcher et renforcer notre système nerveux, ralentir notre rythme cardiaque par une respiration lente et régulière, évacuer le stress qui lui aussi s’accumule dans notre esprit et notre organisme et provoque des blocages corporels et nous allons aussi à force de pratique, développer un esprit positif dans la vie de tous les jours.

Pendant vos séances de Tai Chi Chuan et de Qi Gong, les pensées parasites seront remplacées par une seule pensée, celle d’exécuter les mouvements en souplesse et dans une fluidité parfaite.

Cette pensée unique ne doit cependant pas vous obséder au point de vous crisper involontairement, laissez faire les choses, et il viendra un moment ou les enchaînements de mouvements deviendront instinctifs et se feront d’eux mêmes, sans que vous n’ayez plus à les penser.

Relâchez-vous et laissez-vous porter naturellement par la pratique de vos mouvements et enchaînements en respirant lentement et calmement.

Vous prendrez ainsi plaisir à réapprendre à bouger en vous réappropriant votre corps, mais aussi l’espace qui vous entoure en vous extériorisant et en évacuant le négatif qui est en vous pour le remplacer par du positif.

La pratique du Tai Chi Chuan et du Qi Gong ne nécessite aucune condition physique particulière, elle est accessible à tous ceux qui voudraient renforcer en douceur leur vitalité, leur organisme, et aussi fortifier leur mental en évacuant le stress.

– Historique –

 

La légende attribue la création du Tai Chi Chuan au moine taôiste Zhang San Feng qui vécut au 9ème siècle sous la dynastie de Sung, qui lors d’une de ses périodes d’ermitage, observa un combat opposant une grue à un serpent.

Alors que la grue portait ses attaques en exécutant des mouvements secs et rapides et esquivait les attaques du serpent de la même manière, le serpent combattait tout en souplesse par des ondulations en spirales, et esquivait ainsi les coups de bec violents de la grue qui auraient pu lui être fatals.

Dans tout ce que j’ai pu lire ou entendre sur l’histoire du combat entre la grue et le serpent, j’ai pu constater qu’il y avait plusieurs fins différentes, comme par exemple celle ou la grue l’emporte en tuant le serpent grâce à ses mouvements secs et rapides, ou bien celle ou c’est le serpent qui l’emporte sur la grue en la tuant grâce à sa souplesse et ses mouvements ininterrompus, ou encore celle ou les deux animaux moururent d’épuisement à force de combattre sans que l’un ne puisse vaincre l’autre.

Comme je pense que je ne pourrai jamais vraiment savoir quelle a été la véritable fin de ce combat, je préfère vous raconter la fin qui me convient le mieux, et qui est celle que l’on m’a racontée la première fois que j’ai entendu cette histoire et qui est aussi celle que j’ai lue le plus souvent.

C’est celle ou ni la grue et ni le serpent ne meurt (c’est tellement mieux ainsi), et ou les deux animaux terminèrent un très long combat à bout de force, en abandonnant et en s’éloignant chacun de leur coté, après s’être rendu compte que malgré leurs techniques différentes, elles étaient tout aussi efficaces l’une que l’autre, en étant de force égale, et de ce fait que ni l’un ni l’autre ne pourrait venir à bout de son adversaire et remporter le combat.

Libre à vous de choisir la fin que vous préférez pour cette histoire, mais gardez à l’esprit que la plus belle des fins est celle qui nous fait comprendre qu’il n’y a aucune gloire à vaincre à tout prix, mais que la victoire est de vivre pleinement et sereinement en suivant la voie de la sagesse.

En analysant le combat auquel il venait d’assister, le moine Zhang San Feng comprit que les mouvements souples et ininterrompus tels que ceux du serpent étaient tout aussi efficaces que des mouvements secs et rapides comme ceux de la grue.

La véritable force résidait donc dans un mélange de ces deux techniques qu’il associa et mit en pratique en créant ainsi un Art Martial qui devint par la suite le Tai Chi Chuan.

Mais tout cela est sûrement plus une légende qu’autre chose, car le Tai Chi Chuan est l’un des Arts martiaux les plus anciens au même titre que le Kung Fu, mais qu’ils n’étaient alors pas encore dénommés ainsi.

A ce que l’on dit, c’est vers la fin du 5ème siècle, aux environs de l’an 497 que le temple Shaolin fut construit, et qu’un moine itinérant indien nommé Bodhidharma arrivant dans ce monastère quelques décennies plus tard, se rendit compte que la santé des moines de ce temple n’était pas au mieux car ils passaient tout leur temps à méditer en ne prenant pas le temps de prendre soin de leur personne.

Ils leur fallait un minimum d’hygiène de vie, et le moine Bodhidharma décida donc de mettre au point des mouvements de « gymnastique » respiratoire, inspirés de la gestuelle de différents animaux pour faire faire de l’exercice aux moines du temple Shaolin.

Avec la méditation ils avaient certes un esprit sain, mais ils leur fallait avoir aussi un corps sain.

Avec le temps, ces exercices se transformèrent et s’améliorèrent, pour devenir des techniques de combat, et c’est de là que naquit (sans être encore nommé ainsi) le Kung Fu et le Tai Chi Chuan, avec les orientations qu’on leurs connait aujourd’hui (orientation combat-défense pour le Kung Fu et orientation bien-être et relâchement pour le Tai Chi Chuan), mais aussi bien d’autres Arts Martiaux qui au fil du temps se sont naturellement diffusés (par exemple grâce à la route de la soie) sur différents continents, dans différents pays et différentes cultures qui se sont inspirés de ces principes pour devenir de vrais arts de combats à parts entières et tout aussi efficaces les uns des autres.

Le Tai Chi Chuan fut donc en premier lieu un Art Martial de combat, et bien que sa pratique soit de nos jours pratiquée plutôt comme une gymnastique chinoise de bien être, il faut quand même garder à l’esprit que c’est aussi toujours un Art Martial de combat, et qu’il se pratique dans les règles et avec la philosophie et les fondements des Arts Martiaux.